Moite

Une chaude soirée d’été; la lumière jaunâtre d’un lampadaire perce la noirceur collante. Ambiance palpable.

Un papillon parvient à battre des ailes dans l’épaisse moiteur.  Peut-être nage-t-il en réalité, pour rejoindre la surface et reprendre son souffle?

Une légère brise ou peut-être une petite vague — impossible de savoir — percute le fil auquel est suspendue une araignée.  Le papillon rejoint le plafonnier.  Et l’araignée se balance au bout de son fil.  Elle le remonte créant une oscillation de plus en plus rapide.  Le fil rompt. Contre toutes attentes, l’araignée tombe, sa chute nullement amortie par l’atmosphère, et disparaît.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s